PRESS

1990, une œuvre empreinte de douceur et de mélancolie. MUSICZINE

Le Eliott Smith bourguignon vient de fêter la sortie de son premier album, 1990, à la péniche de Chalon. Il nous lâche sa fragilité à la gueule dans un album d’une beauté incroyable. Le mec est tellement à bout que t’as l’impression qu’il va s’ouvrir les veines sur scène. Folk classe et un poil crasse comme on les aime. Guitare voix bien sûr, avec une batterie et un violoncelle, c’est ça qui est original. On suit et on chiale avec lui.  SPARSE

Ossayol, c’est de l’émotion pure. On se pose et on écoute…   STEMP MAGAZINE

Sa musique semble suspendre le temps, intimiste et mélancolique.  FRANCE TV

The delicate fingerpicking is perfectly counterpointed by a violin throughout & the chorus here just nailed me to the wall with its emotive power.   INDEPENDENT CLAUSES

Ossayol, nous savons déjà qu’il ne laisse absolument rien au hasard, s’impliquant corps et âme dans ses créations, qu’elles soient musicales ou visuelles. Avec « The twins », le songwriter continue à développer son insatiable curiosité, cette fois-ci à travers un échange amoureux d’une beauté à couper le souffle, alliant tendresse et humanité.  INDIEMUSIC

H is H », témoignage de la solitude et de l’abandon – volontaire ou non et tiré de son EP « No one else », sorti le 11 juillet dernier-, s’affranchit du tout-venant folk en devenant, à travers ses pictogrammes et accords, un moment qui ne dénoterait pas dans les archives d’une vie rurale vouée à la disparition, mais à la simplicité étonnamment puissante et riche. Nature et humanité se confondent dans une lumière déclinante, une chaleur palpable et communicative. Une évasion totale, que certains jugeront pessimiste, mais dont le message principal est aussi encourageant que bouleversant. Un hommage poignant du songwriter à la maturité, tout comme à ce qu’elle peut encore apporter comme bonheur et réconfort aux générations futures.  INDIEMUSIC

15895713_1029535957192949_8811613772424114037_o